11 mars 2006

art de vivre

Aujourd'hui, j'ai décidé de revenir à mes premiers amours et vous parler d'un autre art que celui de la cuisine.

maisonjeunehomme1À ses débuts remarqués de créatrice de meubles modernes en 1927 font suite ses recherches menées sur l'habitat minimum, les maisons de week-end et les refuges de montagne. Son engagement politique en faveur de la cause sociale est évoqué avec la réplique de la fresque de 16 mètres de long, intitulée la Grande Misère de Paris. J'ai été vraiment étonnée par la traduction de l'engagement politique de cette femme à travers ses travaux. Je vous laisse seuls juges ...

riodejaneiro1

Un espace est ensuite consacré à ses séjours à l'étranger. Le Japon, tout d'abord, où elle est invitée en 1940, comme conseillère dessinatrice en art industriel. Elle retrouve, dans cette culture traditionnelle, un écho favorable aux recherches architecturales de Le Corbusier. Le Brésil, ensuite, est pour elle l'occasion de créer des meubles pour l'appartement de fonctioin de son mari, au travers desquels on sent qu'elle est interpellé pr l'exotisme de ce pays.

maisontunisieÀ son retour, Charlotte Perriand reprend ses recherches sur l'équipement collectif lors de l'aménagement de la Cité Internationale Universitaire de Paris vers 1952. Ses réalisations aux côtés d'architectes de renom comme Le Corbusier ou le Brésilien Lucio Costa sont reconstituées.

arcs1800

Tout au long de sa vie, Charlotte Perriand voue une passion à la montagne, lieu déquilibre physique et moral . Elle se préoccupe de l'aménagement de nouveaux complexes et participe à la création de la station des Arcs en Savoie (1967-1989). Cette réalisation voit l'aboutissement de ses recherches sur l'habitat collectif et l'aménagement d'intérieur. On peut y voir des reconstitutions de salles de bains et cuisines préfabriquées dans lesquelles on meurt d'envie de se lancer dans la préparrtion d'un plat compliqué, vu la place disponible...

maisondetheL'exposition prend fin avec son ultime création, virtuellement reconstruite, sa Maison de Thé (1993), un espace dédié au recueillement et à la méditation. On trouve ici l'aboutissement de ces recherches sur les necessités fonctionnelles de l'habitat. Cette maison de thé se situe dans les jardins de l'unesco et fera, je pense l'objet, d'une petite visite de ma part pendant les beaux jours, car calme et sérénité ont l'air de se dégager de cet endoit... Honnetement c'est ce que la reconstition que j'ai le plus apprécié de l'exposition.

Je précise que les photos ne sont pas de moi, car il m'a été interdit de photographier lors de ma visite. ces photos viennent du site du centre Pompidou. Rendons à César....

J'ai choisi de vous raconter ma visite de l'expo Charlotte Perriand qui se tient au centre Georges Pompidou jusqu'au 10 avril. Tout autant architecte d'espace que designer, Charlotte Perriand (1903-1999) a dédié sa vie " à la recherche sincère et constante d'un art de vivre en accord avec son temps." Cette exposition restrospective retrace chronoliquement les temps fort de sa vie à travers neuf salles.

Posté par maudus à 21:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur art de vivre

    Quel talent que celui de Charlotte Perriand et quelle longévité surtout (1903-19999!!!!!).

    à l'heure ou tu regrettes parfois de ne pas habiter Royan, je regrette à mon tour de ne plus habiter Paris .... mon Dieu que l'accès à la culture me manque !!!!
    Je me souviens d'un temps ou j'allais etudier à la Biblio de Baubourg et j'en profitais moi aussi pour faire des incartades dans les expos du moment! Celle sur Kandiski a certainement été un des plus grand choc culurel sur ce qu'etait "l'art contemporain", bref ça me manque même si aujourd'hui je vis plus près de la nature, de la mer et d'un tas de gens dont le seul accès à la culture est le cinéma du coin et les emissions de TF1 et M6 !!!!

    Posté par Frank, 13 mars 2006 à 12:11 | | Répondre
Nouveau commentaire